La Magie de l’Ecriture introspective

La Magie de l’Ecriture introspective

Hello à toi !

Je reviens aujourd’hui avec un article qui me met particulièrement en joie : l’écriture introspective et ses effets bénéfiques. Le journaling, ou diarisme, devient à la mode, et c’est tant mieux ! Ecrire ses pensées, ses sentiments, ses émotions permet de prendre du recul sur certaines situations et a un effet cathartique sur le psychisme.

Ce qu’on appelle le Journal intime a longtemps été considéré comme l’apanage des adolescentes en émoi mais en réalité, nombre de personnalités ont tenu des journaux tout au long de leur vie.

Les bénéfices de l’écriture introspective

Ecrire permet de prendre de la hauteur

Lorsque je me sens préoccupée par une situation, que j’ai l’impression d’être dans une impasse, me confier à mon journal me fait du bien. Une fois que j’ai jeté par écrit mes pensées, le(s) problème(s) et exprimé mes ressentis, la solution m’apparaît d’une manière ou une autre. Qu’il s’agisse de relativiser (tout simplement !), de voir une nouvelle idée émerger ou de confirmer une intuition que j’avais déjà, écrire me permet d’arrêter de ruminer et de mettre à distance mes pensées.

Mes idées peuvent très vite tourner en boucle dans ma tête et l’écriture est ma meilleure alliée pour démêler les noeuds que mon cerveau se fait une joie de créer. Démonter les scenarii catastrophes que mon esprit imagine, apaiser ma peur du futur qui peut être envahissante, trouver de nouvelles perspectives, … l’écriture me permet de revenir au présent, et de regarder les choses avec plus de sérénité. Je ne médite pas de façon classique, mais en écrivant de façon introspective, je m’ancre dans le moment présent, et je laisse le flux de mes pensées défiler en lui donnant une porte de sortie.

Ecrire permet de se soulager émotionnellement

Ecrire mon anxiété, ma colère, ma joie, mes espoirs, mes victoires, mes doutes… est une vraie thérapie.
Au lieu de garder mes émotions en moi, et de me laisser envahir, je les déverse sur la page blanche. Je m’autorise à exprimer sans retenue chacune d’entre elles. Sans auto-censure, sans jugement.
Mon journal recueille mes états d’âme à l’état brut : colère en lettres rageuses, peur en pattes de mouche, joie en feu d’artifice… mon journal est l’endroit par excellence où je peux être moi-même sans fard.

C’est tellement libérateur !
Dans mon journal, point de bienséance : je m’exprime comme les mots me viennent, et tant pis pour les insultes qui peuvent surgir là.
Dans mon journal, point de diplomatie, de sentiments d’autrui à préserver.
Dans mon journal, j’ai toute la liberté de dire ce que je pense, comme je le pense, sans avoir à me soucier d’éventuelles conséquences.

Ecrire permet de libérer son imagination

Enfin, écrire est un excellent moyen de libérer mon imagination.
Dans mon journal, aucune limite. Aucun principe de réalité.
Je me permets toutes les folies, tous les rêves, toutes les envies.

C’est tellement bon, d’inventer un monde à soi où tout est possible.
C’est tellement bon, de rêver pour de vrai.
C’est tellement bon, d’arrêter d’être raisonnable.

Après chaque session d’écriture où je me projette dans mes désirs les plus fous, je ressors avec un enthousiasme et une énergue décuplés.
Comme si le fait de me connecter à cette partie-là de moi, qui n’a ni peurs, ni blocages, ni doutes, libérait mon optimisme.
Rêver ne coûte rien. Je pense même que rêver est la première étape vers l’épanouissement. Parce que quand on s’autorise à rêver, on s’autorise à vouloir mieux pour soi. Peu importe ce que ce “mieux” veut dire.

Maintenant que nous avons évoqué tous les effets wouhou de l’écriture introspective, passons à l’aspect pratique.

Comment pratiquer l’écriture introspective ?

Ecrire de façon automatique ou guidée ?

Personnellement, j’écris principalement de façon automatique.
J’ouvre mon carnet à une nouvelle page blanche, j’écris la date et c’est parti.
Je pratique ce que Julia Cameron appelle les “pages du matin” (dont tu as peut-être entendu parler).
Le principe : chaque matin, écrire 3 pages de façon automatique, pour vider son cerveau et commencer la journée avec un esprit “nettoyé” des pensées qui peuvent l’encombrer.

Ces pages du matin peuvent prendre des formes différentes :

  • façon journal intime, en écrivant ce qu’on a sur le coeur et dans la tête à ce moment-là, même si tout ce qu’on écrit est 3 pages de “je ne sais pas quoi écrire”. 😁
  • façon vidage de cerveau, sous forme de liste de sujets qui t’encombrent l’esprit, sans chercher à les traiter ou les trier.
  • façon prière, si tu es croyant.e.
  • façon lettre, si tu as envie d’exprimer quelque chose de précis à quelqu’un ou à toi-même.

Bref, à toi de voir ce qui te correspond le mieux, sachant que cette liste n’est pas exhaustive et que tu peux mixer ces formes d’écriture d’un jour sur l’autre.
Pour ma part, j’écris presque tous les jours. Avant, quand je sautais un jour ou deux (ou plus !), je m’en voulais, je culpabilisais, je me jugeais. Maintenant, je n’ai plus de problème avec ça : le plus important est d’ouvrir mon carnet régulièrement. Et pas seulement le matin. A tout moment de la journée, dès que j’en ressens l’envie ou le besoin.

Si tu ne sais pas par quoi commencer, si tu es coincé.e certains jours, ou si tu as envie de varier les plaisirs, tu peux aussi répondre à des questions qui vont te guider dans ton écriture :

  • Comment je me sens maintenant ?
    Comment j’ai envie de me sentir aujourd’hui ?
  • Qu’est-ce qui me préoccupe en ce moment ?
    Qu’est-ce qui me met en joie en ce moment ?
  • Quels sont les aspects/habitudes/relations/sujets que j’ai envie d’éliminer de ma vie ?
    Quels sont ceux que je veux nourrir/entretenir/inviter dans ma vie ?
  • Quelle est ma journée/semaine/vie idéale ?
    En quoi je la vis déjà ?
    En quoi je peux m’en rapprocher aujourd’hui/cette semaine ? (perso, j’adore cette question car elle me permet de me rappeler régulièrement que je vis déjà en grande partie cette vie idéale! 😊 )

Tu peux aussi, si tu es familier.e de cette pratique, t’inspirer en tirant une carte d’oracle ou de tarot, ou en choisissant une image/couleur et en écrivant à partir de ça.

Bref, tu l’auras compris, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon d’écrire, il n’y a pas de bon ou de mauvais sujet.
La seule chose qui compte, c’est que cette pratique d’écriture te fasse du bien.

Ecrire, un rendez-vous avec soi-même

L’écriture est un vrai rendez-vous avec moi-même.
Un moment privilégié où je n’existe plus pour personne, ou rien n’existe plus pour moi.

J’écris principalement le matin, au réveil ou juste après le départ de mon fils à l’école.
J’aime suivre un rituel simple, qui marque mon entrée dans ce rendez-vous avec moi-même.

Allumer une bougie (même en plein jour, oui, oui 😏)

Allumer une bougie me met tout de suite dans une ambiance intimiste, propice à l’introspection.
Fixer la flamme favorise la rêvasserie, la concentration et m’aide à “sortir du monde”.

Préparer un thé

Ou une infusion. Plus rarement, du café, vu que j’ai quasiment arrêté d’en boire.
Quoiqu’il en soit, une boisson chaude est toujours, toujours de mise. Sauf en juillet et août, où je bois mon thé, glacé. Pendant que l’eau chauffe, je prépare mon petit-déjeuner (ou mon goûter 😉). Boire une boisson que j’aime fait partie du plaisir du moment. A tel point que je ne peux pas écrire, si je n’ai rien à boire à portée de main !

Déguster une douceur

J’aime faire de ce rendez-vous avec moi-même, un moment de plaisir. Je ne mange pas systématiquement, même si je me suis aperçue que le fait de manger ne serait-ce qu’un yaourt ou un fruit m’aide à me concentrer. Alors, quitte à me faire du bien, autant réserver pour mon moment d’écriture, la nourriture que je préfère : yaourts, fruits secs, gâteaux, chocolat…

Choisir mon matériel préféré

Je choisis chacun de mes journaux de façon très intentionnelle. Il faut que le carnet que j’utilise ait une vibration particulière. Oui, je sais, c’est HYPER bizarre d’écrire ça. Mais je ne sais pas l’expliquer autrement.
Idem pour le stylo. En général, j’écris au stylo-plume dans mon journal. Et quand il m’arrive d’utiliser un autre stylo, ce sera toujours, toujours un stylo que j’aime particulièrement.
J’ai donc 4-5 stylos que j’adore sous la main, pour avoir le choix, selon l’humeur du moment.

Et toi ? Est-ce que tu écris de façon introspective ?
Si oui, comment écris-tu ? Est-ce que c’est un moment privilégié pour toi ou pas tellement ?
Sinon, est-ce que tu aimerais essayer ? Qu’est-ce qui te retient ?

Avec Amour,
Sofia

One Response

  1. Dijoux says:

    J’effectue l’écriture introspective et cela me fait beaucoup de bien, j’ai pu remarquer que j’écris façon prière 🙏 cependant j’ai encore dû mal à être régulière…
    Merci pour ce partage et ton Blog

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *